Clinique vétérinaire du Parc

1, Avenue Malesherbes
78600 MAISONS LAFFITTE
Tél. 01.39.12.00.40





Accueil>Infos pratiques>LA CASTRATION DU CHEVAL

LA CASTRATION DU CHEVAL

En préambule, rappelons une évidence : la castration est un acte chirurgical irréversible qui consiste en l’ablation des testicules.
Cette chirurgie comporte des risques et des complications dont certaines peuvent mettre la vie de votre cheval en danger. La castration peut être réalisée à tout âge.
Les modifications ultérieures du comportement de votre cheval vis-à-vis des autres chevaux ou de l’homme seront variables.
Les complications les plus fréquentes de la castration, toutes techniques confondues, sont les œdèmes, les hémorragies, les infections, la hernie ou l’éviscération.
Les complications graves (hémorragies, éviscération, hernie) sont mieux gérées en milieu hospitalier.
Les complications plus rares sont la péritonite, la paralysie du pénis, les adhérences et boiteries chroniques. La chirurgie ne peut se faire que si votre cheval est manipulable et franchement abordable.

 

Plusieurs techniques de castration existent et le choix de celle-ci vous appartient après avis et conseils de notre part.
Le choix de la technique va dépendre de nombreux facteurs dont : l’âge de votre cheval, son caractère et sa docilité, sa taille, son appartenance ou non à une population considérée comme étant à risque (telle que les trotteurs et les selles français de grand gabarit), son examen préopératoire et génital, l’environnement et le personnel disponible, le type de soins postopératoires, la durée de convalescence souhaitée, et le coût financier que vous êtes prêt à supporter.

Les techniques disponibles à ce jour sont les suivantes :

 

1.     La castration debout :

Pour cette technique, le cheval doit être parfaitement abordable et accepter une palpation de la région scrotale. Les avantages de cette technique debout sont l’absence d’anesthésie générale, le besoin de moindre personnel, et en conséquence son moindre coût.

Les risques majeurs sont dans ce cas l’œdème excessif (env. 25%), les infections (env. 7%), l’hémorragie (env. 5%) ou l’éviscération (env. 0.1%).

 

2.     La castration couchée sans suture des plaies

Les avantages de cette technique sont liés à la meilleure contention du cheval et une meilleure sécurité pour le personnel et le vétérinaire. La castration est réalisée comme précédemment avec les mêmes risques. A ces derniers s’ajoutent ceux d’une anesthésie générale de courte durée (environ 1% d’accidents liés au couchage, à l’anesthésie générale et au relevé).

 

3.     La castration couchée avec suture des plaies

Les risques associés à la castration sans suture des plaies sont très diminués, et notamment les complications d’éventration, d’œdème, d’infection, d’hémorragies. Une complication bénigne d’hématome des bourses est possible (env. 10%). La convalescence pourra être de plus courte durée. Par contre il y a des risques accrus liés à une anesthésie générale de moyenne durée (env. 0,5% d’accidents liés au couchage, à l’anesthésie générale et au relevé). Cette technique chirurgicale et l’anesthésie de moyenne durée pratiquée en milieu hospitalier induisent un coût significativement plus élevé.

 

Après la castration, il vous faudra :

 

·       Surveiller attentivement votre cheval au cours des heures qui suivent la castration, puis régulièrement les jours suivants.

·       Nous prévenir dans les plus brefs délais lors de toute anomalie telle que : saignement, hernie ou éviscération, coliques, perte d’appétit ou difficulté à manger, gène au déplacement, fièvre, œdème, ramollissement ou absence de crottins, cheval abattu.

·       Remettre en mouvement le cheval au cours des jours suivants la castration selon les consignes de l’ordonnance postopératoire.

Conception et Réalisation Veto Online - 2011